NYMPHOMANIAC (Director’s cut) (réal : Lars VON TRIER)

CONSEILS-DVD-VONTRIER-NYMPHOMANIAC

 ★★★★☆ 

Avec : Charlotte Gainsbourg, Stacy Martin, Stellan Skarsgard, Shia LeBeouf

conseil

Un vieil homme trouve un soir près de chez lui le corps inconscient de Joe, une jeune femme. Il la loge chez lui, pour qu’elle se retape un peu la pauvrette. Son allure est effrayante (des coups, des marques partout). Elle lui raconte alors son histoire. Elle se dit nymphomane. Depuis toute petite elle recherche « à tout prix » le plaisir. Et avec les années, le « prix » va prendre une certaine inflation…

Bon. On commence par où ? Alors d’abord une petite précision : je n’ai vu que la version de Nymphomaniac remontée pour le cinéma (par le producteur, 2 x 2 heures). Celle que nous vous proposons à la bibliothèque est la « director’s cut », à savoir le montage original de Lars Von Trier lui-même. 5 heures, c’est du boulot. Et a priori moins « soft », si tant est que le film présenté dans les salles obscures l’était (interdit aux moins de 12 ans pour le 1er volume, 16 ans pour le second).

A partir de là : vous vous souvenez certainement des débats lors de la sortie de ce film (ce n’était pas des débats d’ailleurs, mais plutôt des « opinions », des « jugements »). Comme c’est étrange. Et comme c’est révélateur. Non seulement ça taquine la pornographie, mais surtout, ça traite de la nymphomanie et du sado masochisme. Et c’est là, je pense, qu’il y a eu un gros souci avec cette œuvre (et son réalisateur, habitué à ne pas caresser le public et les critiques dans le sens du poil, cela dit sans allusion). Car plus que la forme, c’est bien le diagnostic qui gêne : la femme et son propre plaisir, et les mille manières d’y arriver. Et le propos de Lars Von Trier, à travers celui de Joe, prête vraiment à débat, à questionnement, à réflexion. Et c’est formidable ! Allez jusqu’au bout du film pour vous faire une petite idée… et saperlipopette (je reste poli, mais vous avez compris), c’est quand même autrement plus audacieux sur la sexualité, le plaisir ou encore le féminisme et l’immense et éternelle faiblesse masculine que « Cinquante Nuances de Grey » !

Alors, bien sûr, je ne dis pas que la « forme » (mon dieu que de guillemets et de prudence dès qu’on cause de « ça »…) conviendra à toutes et tous. Chacun est bien libre d’adhérer au fouet, à Charlotte Gainsbourg en pleine « séance de combat », mais qu’on ne juge surtout pas ce film avec le prisme de la morale. Je préfère personnellement les objets culturels qui me font réfléchir plutôt que ceux pour lesquels je trouve une connivence immédiate (et donc souvent louche).
C’est un débat d’importance en 2015, je ne vous fais pas un dessin.

Christophe

bande annonce

Image de prévisualisation YouTube

retour à la liste de conseils films/séries

Avec mots-clefs , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *