Archives de catégorie : CR sportif

Marlhes 2013

Nous avons tenu à rendre visite à Rv et sa famille pour cette cote près de chez nous. Un très bon moment et toujours un plaisir de voir ces passionnés aux guidons, au BBQ une grande confrérie dans le sens noble du terme

5VzeBVP3h6vCySmdUrimedXi38Z9EHle60mMjhAcdmI 15oPkpzVISVTEt-Vr8j0-ocvFpxbYhO7jxyszPNXNQk -R0Jzj7El1iDANj3a_ctCHTBP4wBCcGBij7It005qdU

la saison 2013 s’acheve par une belle 5eme place

T’ a voulu voir Villers et on a vu Villers,

T’ a voulu voir Franclens et on a vu Franclens,

T’ a voulu voir Hautefage et on a vu Hautefage,

T’ a voulu voir Marlhes et on a vu Marlhe …

Chauffe Marcel, chauffe !

Mais le voyage est (bientôt) fini, comme toujours !

Sur un air de valse musette à la Brel, ma petite famille et moi avons donc traversé la France et parcouru quelques milliers de kilomètres à travers nos campagnes avec un soleil radieux sur nos tête.

Tout c’ est bien passé, pas de casse mécanique et pas de chute, ce qui n’ a pas été le cas pour tout le monde !

Toujours des côtes très techniques où il a fallu s’ appliquer à l’ extrême.

Quatre courses où l’ on a tout donné :

– 8 eme à Villers sous Chalamont (25) Ch. Europe

– 4 eme à Franclens (74)

– 5 eme à Hautefage la Tour (47)

– 6 eme à Marlhes (42)

5 eme du classement provisoire du Championnat de France OPEN avant la dernière course à Panissieres les 07 et 08 septembre 2013.

Et en éducatif, mon fils Maël a pu lui aussi essorer la poignet sur son PW’S 50 …

———————————————————————————————

– A Villers sous Chalamont, nos concurrents européens nous ont donné du fil à retordre et nous sommes quatre pilotes Français dans la même seconde sur un tracé de 3000 mètres !

Finale du Championnat d’ Europe et du Joe Genoud Challenge France-Suisse, , une cérémonie de clôture a sacré Pierre Favre, un très bon pilote Français, méritant, travailleur et acharné de la perfection.

Il n’ a jamais hésité à m’ aider pour mieux comprendre les subtilités de ces ex-motos de Grand-Prix. Merci Pierre.

– A Franclens, une course de la ligue Rhône-Alpes, avec une atmosphère et une convivialité sans reproche.

Je rate le podium de peu mais les acteurs sont presque identiques au Ch. de France.

Sebastien Trottet, le pilote OPEN et show-man guitariste a mis le feu au repas du soir du club où tous les pilotes sont conviés …

Super ambiance sur cette course qu’ il ne fallait en rien rater !

– A Hautefage la Tour, une contrée bien éloignée pour nous (Dordogne) et avec de grosses chaleurs (vive la piscine des enfants), je reprends de la vitesse et de la confiance dans ces tracés très rapide, faits de grandes courbes avec un bon « grip » sous les pneus.

– A Marlhes, fidèle à elle même, cette course se prépare beaucoup dans la tête.

Il faut oser rentrer très fort dans certain grand virage. Une technicité du cerveau diront-nous !

Il faut savoir le débrancher dans la première partie rapide et bosselée.

Et pour vous faire connaître quelques particularités techniques, je vous propose en pièce jointe une étude sur l’ importance de l’ aérodynamique sur une moto.

Notre ami et pilote Florian Durieux (qui travaille chez Danielson à Magny-Cours) dispose sur sa moto de course (cat 600) de la télémètrie (à tous les étages …).

Il s’ est fait une joie de nous décortiquer la très rapide course Suisse de Boécourt.

Merci à lui, on dormira moins bête ce soir ! Et rentre les coudes, les pieds et la tête (Alouette), Bon sang HERVE !!!

Rendez-vous à Panissieres (42) les 07 et 08 septembre pour la « der », avant qu’ on se mette au vert …

Quelques liens vidéos :


Hervé DESRICHARD

 

 

cr de la course de cote de Béocourt ( Suisse )

« Gauche, droite droite, gauche »

Voici le quarté gagnant de ce dimanche pour rentrer du bon côté dans les quatre chicanes de la longue ligne droite …

Puis quatre virages, dont deux à fond et c’ est l’ arrivée, de la course d’ Auteuil pour les bourrins !

Non, de la course de côte de Boécourt en Suisse !

Le terrain de 3000 m était léger et sec, 16 partants, les pilotes ont pu tester la puissance de leur monture.

Le coup de cœur de vV : les chicanes …

Autant vous le dire : ma Honda RS n’ est pas dopée aux amphétamines !

Pour la catégorie 1300 cm3, entre la chicane 1 et 2, c’ est plus de 300 km/h (voir vidéo Christophe Balmer sur le net).

Pour nous les OPEN, c’ est 195 km/h pour les meilleurs et 180 km/h pour moi (GPS).

Cela fait quatre accélérations à TOC, quatre freinages à TOC, la finesse de pilotage n’ a pas sa place, ça ressemble à du jeu vidéo !

Après avoir calculée, adaptée et bien exploitée la bonne démultiplication et la bonne carburation, il fallait « souder » dans le haut du tracé.

Mon vieux Peugeot 102 m’ a bien aidé pour reconnaître les 3000 m de piste et les pédales n’ ont pas été de trop pour certaines portions à 10 % de dénivelé.

Pour parler technique, et bien régler un 2 Temps performant;

Sachez que 10 points de moins sur les gicleurs principaux peuvent vous faire gagner 500 trs/mn en plus, ce qui éventuellement vous fera prendre 5 km/h et accessoirement gagner 2 secondes sur un tel parcourt !

Plusieurs pilotes sont dans la même seconde et vous avez donc compris le grand intérêt d’ une bonne « carb ».

Pour la boite à vitesse qui est extractible, on peut modifier les étagements : 1ere courte ou longue, 2eme courte ou intermédiaire ou longue, 3eme idem, 4eme idem, etc … On s’ arrête à 6, merci.

Tout se change, tout se mélange, tout s’ enclenche …

Je remercie Pierre Favre, le leader actuel du Championnat de France et d’ Europe de m’ avoir prêté et fait découvrir la vidéo embarquée.

Ca devrait être vendue avec la moto cette chose là !

C’ est un outil indispensable pour travailler la mémoire du tracé, le pilotage et les réglages carbu.

Quatre montées d’ essais ne sont pas suffisantes pour emmagasiner toutes les informations nécessaires.

Découvrant cette course, je finis 5eme aux deux manches. Je m’ en contente et fais le « dos rond « … n’ est pas Monnin qui veut !
Ma vitesse de pointe ne peut rivaliser avec les meilleurs motos (ex: Yamaha TZ V2 Kit) qui ont des pièces plus évoluées et, mon pilotage n’ est pas assez bon pour compenser dans les deux derniers virages.
L’ ambiance fut folle dans le village de Boécourt qui organisait sa fête annuelle sur trois jours, grosse animation le soir autour des buvettes avec des villageois déguisés en Druide, la fanfare locale, les motards aux bars …
Bref, la « fiesta » toute la nuit pour certain … « Aspegic » où es tu ?
Heureusement le paddock était 300 m plus haut dans les champs jurassiens.
Nous retournons en France les 20 et 21 juillet pour le Championnat d’ Europe et de France/Suisse à Villers sous Chalamont (25),
Suivi des courses à Franclens (74) , Hautefage la Tour (47) et Marlhes (42), où mon fils Maël pourra courir en éducatif,
Nous ne rentrerons pas chez nous avant la fin août, toute la famille part pour une vie de bohème et ça, on l’ aime !

Herve DESRICHARD

!cid_815E5E5F-503F-40AC-9B72-183FBD369BD3 001 1 Chatel en pluie 2 -lignes droites après départ 3 à fond 4 tj à fond 5 Départ 6 vV 7 Jean-Paul 8 Fred 9 Guénard 670 TM 10 Chatel en sec 11 Florian - Nico F2Merci Hervé pour ce Cr trés agrable à vivre comme d’habitude .Vive la 102 peugeot la classe rustique à l état pur !

 

Cr course de cote europe à Chatel ( suisse )

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

– Chatel St Denis / Les Paccots ou les paradoxes Suisses !

 

En arrivant sur la course de côte, nous ne pouvions que constater que la route était en cours de réfection !

C’ est à dire, qu’ il n’ y avait pas de goudron sur la toute première partie, oui celle qui est bien rapide, où l’ on prend 197 km/h (relevé GPS sur moto) … On est moderne maintenant.

Des engins de chantier, des hommes et des pelles qui appliquent la première couche de goudron et des feux tricolores pour faire circuler les autochtones !

Mais en Suisse, on ne s’ affole pas pour autant. Demain sera un autre jour …

Et effectivement, le lendemain pour les essais, ce fut terrible !

Genre déluge de pluie, brouillard donc arrêts de course successifs, route avec une longue partie de goudron primaire pas nivelée,

Bref, du grand sport !

Pesée des machines, distribution de parapluie, un bon contrôle technique … z’ avaient tout prévu ces Suisses !

Et pour la course dimanche, le soleil tant attendu nous fit honneur, les couvertures chauffantes ont pu fonctionner.

L’ apero fut Helvétique bien sur … fondue savoyarde pour les amis. Il y a des règles immuables, non mais !

Et tout de suite les résultats;

Europe:

1 er essai chrono : 2 em temps de ma catégorie Open montagne sous des trombes d’ eau (samedi).

2 em essai Chrono : 3 em temps (dimanche)

la route a bien séchée mais mes rapports sont trop courts, faut dire que vu les essais de la veille, c’ est dur de comparer.

Les Belges et les Italiens ne sont pas à la « fête » aussi … tous les pilotes se plaignent des bosses qui vous remuent le casque à ne plus en voir les trajectoires !

1 ere monte de course : 5 eme place

Os que je suis !!! optimiste dans ce triple gauche après la pseudo ligne droite, je fais un tout droit dans le virage d’ après !

2 eme monte de course : 4 eme place, ex aequo au centième près avec Bernard (Belgique)

A peine rentré que reparti, ce week-end c’ est Boécourt La Caquerelle, toujours la Suisse !

Alors GAZ ! ou « ventre à terre » comme y dises là bas.

Hervé Desrichard

P6280022 P6280038 P6280054 P6280063 P6280064 P6280073 P6280077 P6280115 P6280131 P6280139 P6280145 P6290164 P6290173 P6290183 P6300239 P6300271 P6300278

HR

Cr de mon 1er rallye : Le Beaujolais, par Denis

Vendredi contrôles administratifs et techniques. Ca met déjà dans l’ambiance. Ca déconne, ça sympathise mais après le technique on passe au choses sérieuses, toujours dans la bonne humeur : c’est le parc fermé. Ca y est  j’y suis ! « T’inquiète pas, ça va bien se passer. Un coup que tu seras parti ça va y aller tout seul » me disent d’autres concurrents. Je ne demande qu’à les croire…

Je suis en camping. Réveil des moineaux du coin vers 5h30 le samedi matin. Ca tombe bien, je n’ai pas trainé hier soir (dodo à 22h30) et je suis assez matinal. J’ai le n° 340, je parts à 10h59. J’ai largement le temps de tout faire avant l’heure H. Je suis quand même au départ des premiers. Encouragements aux futurs champions de France 2013 catégorie side-car et accessoirement membres du MCD : l’équipage Amblard/Amblard. J’ai hâte de prendre le départ : ça libère. Du coup je vais à ma moto 5 minutes avant le quart d’heure autorisé. Comme cette nuit, il pleut par intermittence. Je partirai en vêtements pluie. Tour du SLR, je n’ai rien oublié, les plastiques protègent bien les compteurs et le RB. Rencontre avec le 339 qui me précède. Il en est à son 2 ou 3éme. Tout au long de la journée ses indications me seront utiles. Je prend ma place dans la file d’attente.

C’est à moi. Fait chaud sous ce casque, les vêtements pluie peut-être ? A moins que… mais bon j’ai vu les autres faire, ça aide… 10-9-8-7-6-5-4-3-2-1- c’est parti pour le prologue. 35 minutes pour faire 23km jusqu’à Villefranche. Ca devrait aller, la navigation est simple. Comme tout le monde je suis largement à l’heure. Explications de mon prédécesseur sur l’utilisation du carton de pointage. On a 30 minutes de coupure avant de repartir. Casse-croûte vite fait. Hélas le temps maussade n’a pas fait sortir la grande foule, dommage pour le rallye.

 

Je suis au départ de la 1ére boucle jour. Les choses sérieuses commencent, 137km environ de CH en CH. Le but : ne pas pointer au CH suivant en retard. Je ne suis pas trop inquiet. Pourtant ça commence mal : sortie de Villefranche il faut prendre une petite route à gauche avant Arnas. D’après une carte que j’ai vue y a une ligne électrique au-dessus du carrefour, j’en oublie le RB.

Mai putain quand je lève la tête il y a des fils électriques dans tous les sens ! C’est quoi ce bordel !!! Moment de panique, je rentre dans ARNAS… suivi par mon suivant, le 344. Pas bon ! Demi-tour rapide sur un bout de trottoir. 2 participants enquillent dans la bonne rue et me font signe. La route est étroite, je gamberge sur l’imprécision que je vais avoir dans le kilométrage du fait de mon erreur tout en relançant le mono… oh merde ça tourne, un bon droit bien fermé. Gros freinage, ça glisse et ça couine derrière (ce ne sera pas la seule fois !), je vire à ras de l’herbe, ouf ! Je me calme pour le gauche qui suit. Bon c’est décidé je me concentre sur le RB et ce que j’ai pu mémoriser du parcours en oubliant le kilométrage. ET JE NE M’ENERVE PAS sinon ça va mal finir !

Petit à petit j’oublie l’incident et la confiance revient. De WP en WP je suis pratiquement certain d’être sur la bonne route. Je lève la tête et je vois mes 2 concurrents au loin, bonne nouvelle.

Traversée de Blacé, les routes sont plus belles, je me dirige vers la 1ére spéciale à bonne cadence. Brusquement ça rétréci sévère, ça devient plus du chemin goudronné style Montagnes Russes. Je débouche sur de bonnes plaques de boues et cailloux descendus des vignes avec la pluie. Freine mon gars, freine ! Ca passe en glissouillant. Visiblement il y en a qui sont allé voir si la vendange serait bonne… Arrivée au départ de l’ES1. Je suis dans les temps. YES !!! Remise à zéro du compteur. Je prends mon tour dans la courte file d’attente. Nouveau cours sur l’utilisation du carton de pointage.

 

C’est à moi. Le responsable du poste que je connais depuis Cerdon me donne quelques conseils, je l’écoute religieusement : « n’oublies pas, tu as toute la route pour toi. En haut tu passes la ligne à fond sans t’arrêter. Gaz jusqu’au point stop. Là tu donnes ton carton. Fais gaffe il y a une grosse flaque d’eau à tel endroit et des graviers de l’épingle jusqu’en haut. Allez, fais toi plaisir ! » Grosse concentration sur l’horloge… 5… 4… 3… 2… 1… 0… c’est parti. L’utilisation de la route vient vite, la flaque d’eau, l’épingle, et quelle épingle ! Gros freinage comme sur toutes la (les) spéciale(s). Je suis trop à l’intérieur, je sors large, la roue arrière accroche l’herbe, j’accélère, ça patine mais ça revient sur la route. La moto bouge un peu sur les graviers mais ça va. Je ferai encore quelques erreurs avant d’arriver en haut. Pointage, on me donne mon temps. « ok. Mais ça donne quoi ? -T’es dans la moyenne » petit sourire de satisfaction sous mon casque…

C’est reparti jusqu’au nouveau CH par des routes de tous gabarits. J’arrive sur un CP, ça c’est bon, je suis sur le tracé. Au carrefour suivant je me trompe de case sur le RB et je parts tout droit. 1km avant que je fasse demi-tour, je remonte. Petite hésitation en haut du col, coup de klaxonne d’une autre moto, c’est par là. Ok merci gars. Ensuite ça va bien. Faut pas trainer quand même mais ça va. Depuis que l’on est sur les hauteurs c’est pluie sans arrêt, gênant et pas très agréable. J’arrive sur une route qui n’arrange rien : il y a bien 5 cm de graviers. Nous étions prévenus et heureusement les voitures on fait quelque traces… desquelles il est un peu chaud de sortir ! J’arrive au CH assistance, toujours dans les temps. J’y retrouve  JL MAS qui officie avec un pote à lui et qui va passer la journée sous la pluie.

Nouvelle liaison jusqu’à la prochaine spéciale. Quelques traversée de villages où il vaut mieux respecter à peu près les limitations, le PSR veille et certains, non des moindres, y laisseront des plumes. Arrivée à l’ES2 dans les temps, mais fallait pas musarder. Cette spéciale est plus roulante, sans gravillons et je l’aborde plus détendu qu’à la première, je suis dans le bain. Ca avance bien, trop parfois. Quelques erreurs qui usent un peu plus la gomme, mais rien de grave. Mon suivant arrive avant que je reparte. Il m’a repris 40 secondes le bougre ! Je me console comme je peux : il ne m’a quand même pas rattrapé. Je ne demande pas mon temps, je verrai ce soir. Il ne reste plus que du routier pour le retour sur Blacé. On passe par Le Péréon et St Etienne des Oulières (souvenirs), les routes sont belles et on peut assurer les horaires sans problèmes. Depuis que nous sommes redescendus il ne pleut plus, les routes sèchent. C’est quand même mieux. Le paysage à l’air sympa mais je le regarde peu tout occupé que je suis par mon RB. Je pointe à l’heure à la fin de cette 1ère boucle. Content d’avoir terminé et que tout se soit relativement bien passé. Direction la voiture pour les 15 minutes d’assistance : plein et changement de RB avant de repartir pour la 2éme boucle.

J’ai pu me garer pas trop loin. Par bonheur il ne pleut pas, pas besoin de sortir le big parapluie. Je me mets à l’aise et je fais comme je me le suis répété dans la tête plusieurs fois : sortir le tapis, faire le plein, changer le RB ; sans s’énerver. Tout se passe bien. Le prochain coup je garde le casque et le reste pour faire tout ça : j’arrive juste au CH. Le départ de la 2éme boucle est retardé, on patiente en refaisant la première.

 

Quand c’est à moi je m’élance avec moins de pression. Je pense avoir assimilé la « techenique » du rallye routier. On reprend le même parcours de Blacé à Blacé. Je suis confiant pour le routier, il ne devrait pas y avoir d’erreur d’aiguillage ce coup-ci car les images de la 1ére sont bien présentes. L’arrivée sur la partie « route à chèvres, boue et graviers vous saluent bien » est aussi folklo qu’au premier tour. Me voici  déjà à la 3éme spéciale que nous passerons sur le sec. Erreur, je n’ai pas assez mémorisé ces parties chronos. Je ne suis pas à fond quand j’arrive sur la fameuse épingle. Sûr, je l’enroule mieux ; mais j’ai perdu du temps avant. Les graviers sont toujours présents, un peu plus gênants au fil des passages. Ca m’occasionne une ou deux frayeurs. Mais bon, au final je gagne 13’’31 sur le premier passage.

Retour de la bruine et de la pluie sur les sommets. Je continue jusqu’au CH Assistance sans encombre. Tous les concurrents présents sont à l’abri d’un hangar. Je ne vois pas arriver les motos habituelles après moi. J’apprendrai qu’il y a eu des chutes dans l’ES3, heureusement sans gravité mais qui obligent parfois à l’abandon ; certainement à cause de ces putains de graviers. Je pointe, je m’ emmêle les crayons entre les gants mouillés, le carton de pointage et cette sacrée poche dont je ne trouve pas l’entrée. Nom di diou !!! Je repars pour l’ES4 où je pointe une minute trop tard. Et paf 15 secondes de pénalité, c’est fou ce que le temps passe vite ! Je n’ai pas plus mémorisé que la précédente mais je sais que le revêtement est bien accrocheur même si il y a l’humidité. La tenue des Anakee 2 me surprend agréablement et j’ose un peu plus, parfois limite… mais ça passe. Je gagne 19’’26. Youpi !

Retour vers une météo plus agréable et direction Blacé pour le CH d’arrivée. Devant moi je vois 2 motos qui jardinent, hélas elles ne me voient pas. J’en croise même une à contre-sens. Grands signes, mais il a dû perdre quelque chose, je ne le vois pas revenir dans le rétro. J’arrive à la fin de cette 2éme boucle largement à l’heure.

 

La 3éme boucle devait reprendre l’ES1-3 et nous ramener vers Blacé après une parcours de 30km. Deux spéciales sont nécessaires à l’homologation de la nuit et les organisateurs préfèrent préserver le revêtement. Elle est annulée.

Je vais poser ma belle au parc fermé. Je la quitte en me disant qu’elle a bien marché et que je me suis RE-GA-LE à son guidon.

Après le repas j’irai voir le passage de la 1ére boucle de nuit au fameux virage en épingle.

 

Mine de rien ça fatigue ces petits tours de moto. C’est un autre participants qui me réveille en ouvrant la porte de son fourgon : 9h30 ! Le temps de tout charger, la douche, aller payer et je déjeune à 10h45. Parfait la remise des prix est à 11h30. Cette dernière se fait dans la bonne humeur, avec intronisation de quelques pilotes dans la confrérie viticole locale. Grosse ambiance ! Et bien sûr le traditionnel pot qui clôture tout cela. La bonne surprise sera de voir quelques membres du MCD sur place.

 

En conclusion c’était une super expérience. Bon, on stress un peu avant et au début , normal. Mais on est vite dans le bain et on est bien conseillé par les plus anciens. L’essentiel étant de ne pas se prendre la tête et de s’amuser. En plus j’ai revu avec plaisir Marc SAUVAGE que l’on était allé voir au Moto-Tour 2012. J’ai connu plein de gens des 4 coins de la France et sympathisé avec certains que je devrais revoir aux Volcans.

Car figurez vous que je me demande si je n’ai pas attrapé le virus RR : Rallye Routier. Ben si,  je viens d’envoyer mon inscription au Rallye des Volcans.

Alors si vous êtes tentés n’hésitez plus, franchissez le pas et allez-y. Vous ne le regretterez pas.

 

Un grand merci à tous ceux qui m’ont conseillé et aidé avant, pendant et après. Tout m’a été très utile.

 

 

DSC03722

cr cote de Marchaux par H.D

 

Championnat Franco-Suisse de la montagne, MARCHAUX (25) 8 et 9 juin 2013 –
   
 Pour ses 80 ans, l’ Amical Motocycliste du Doubs a eu bien du mal à honorer tous les engagements
Deux cent pilotes ont pu prendre le départ, pas un de plus ! Beaucoup sont restés sur la « touche », quelques tensions pour le moto club mais le règlement est ainsi fait.
Alors, je vais vous faire une confidence, plus je roule avec cette RS et plus je prends mon « pied ». Par manque de roulage, je n’ ai pu prendre en main cette 250 qu’ à Chanaz, et petit à petit, je commence à ressentir le coté jouissif de la bête.
Passé le 2em rapport, avec cette boite magnifiquement étagée, le V2 vous propulse tel un missile dans un bruit caractéristique de 2 temps qui miaule à 13000trs/mn. Et ça, c’ est bon ! c’ est même très très bon !
Pour la mécanique; les consommations d’ essence et des « arrêts Carb » pour faire la carburation nous ont rappelés la belle époque …
On était trop court en rapport dans la ligne droite mais vu les épingles; la 1ere était déjà fort longue alors il a fallu trouver un compromis !
Marchaux, deux virages pour vous élancer et le troisième conditionne la seule ligne droite de 300 mètres ou une épingle à 180 ° vous attend !
Ça commence bien!
Bien concentré, prendre les bonnes trajectoires, appuyer un bon freinage (180 km/h relevé chez mes concurrents) et la partie rapide de cette côte est avalée.
La suite ressemble à Chanaz, petite route, épingle et dévers en sortie, le tout dans la foret.
Cerise sur le gâteau: goudron sale donc glisses à l’ accélération garanties surtout en pneus pluie.
Suite à notre printemps fantastique … , les orages ne nous ont pas épargné. On a donc pu essayer notre rapidité pour changer les roues 15 minutes avant notre départ de la deuxième manche …
Une « monte » sur le sec, une sur le mouillée. Pas de jaloux, les pneus s ‘usent égalitairement et le savoir faire des pilotes peut s’ exprimer.
7 em en première monte (piste sèche) et 5 em en deuxième (piste humide), je marque des points toujours important pour le Championnat.
Toujours quelques SuperMotards devant mais moins qu’ à Chanaz. Les deux courses à venir en SUISSE seront très rapide et nous espérons bien en tirer profit.
Je retrouve dans cette catégorie Open des valeurs humaines appréciables, les moments d ‘échange sont riches et sincères (à l’apéro ?) et sur la piste, respect pour tous et GAZ !
Merci à mon mécano Jojo qui s’ est retrouvé « couturier » , que de cordes à son arc …
Et rendez-vous au pays du chocolat (pour moi, ce sera une Fondue) les 29 et 30 juin, à CHATEL ST DENIS (près de Lausanne).
Hervé DESRICHARD
PS: http://www.pmt-tony.fr/  Passion Moto Tony, le site sur notre Championnat fait de « main de maître » … Merci Tony !
01 02 03 04 05 06 Carb 07 Le Bif 08 09 10 Seb Toys 11 12 13 14 15 16 17

Bonne ambiance sur les courses de cotes,venez soutenir vos pilotes !

Cr de la cote de Chanaz 2013 par H.D

          – Championnat Franco-Suisse de la montagne 2013, 19 et 20 mai,  CHANAZ (73) –
A Chanaz, les limaces …
Bon, vous l’ avez compris, on aurait dû prendre les bottes en caoutchouc ! Le printemps ! quel printemps ?
La bonne herbe grasse de la Savoie s’ est transformée en bourbier dans le paddock.
Vendredi, samedi et dimanche on a pataugé dans la boue, le tracteur du club a tiré 80 % des véhicules et les pneus pluie étaient de rigueur pour les essais !
Et lundi, jour de course, encore plus fort, c’ est une conduite d’ eau qui traverse la piste au bout de la ligne droite qui cède ! route coupée.
Annulée, pas annulée … finalement à force d’ acharnement les organisateurs aidés de pilotes déplacent le départ de la course (avec tout le système de chronométrage) après la ligne droite.
Et pour finir, la chute dans la forêt pour faire des photos d’Arlette (Péroné / cheville cassée), la femme de mon mécano, ah le dévouement …
Pas d ‘électricité mais ça c’ est un détail et pour l’ eau on a eu tout ce qu’ il faut, voir plus !
Bien, revenons à la course, alors si pas ligne droite : avantage Supermotard !
Et oui sur une route comme Chanaz, étroite et viroleuse à souhait, les Supermotards sont à la fête … on se vengera !
Quant à moi, je découvrais cette Honda RS.
Magnifique ! bien réglée en carburation elle prenait ses 11500 trs/mn avec vivacité.
Légère comme une plume (évidement face à la Kawa …) elle se balance du regard et des épaules, faut juste connaître ses limites et à mon avis il y a un gros potentiel !
Dans le peloton des très bons pilotes qui roulent en Yamaha TZ et Honda RS, je me démène devant aux essais (chrono) sous la pluie, suis au milieu à la première montée (3eme) et je fais bon boulet dans la deuxième montée en attrapant trop fort le frein avant (stoopy yééé !), donc je rate la corde du virage et re-rate le suivant car mal placé (5 eme).
Bien sur, avant notre groupe de motos « compétition-client », 6/7 Supermotards nous ont corrigés mais nous les attendons dés que la vitesse dépassera les 90 km/h, vitesse max que l’ on a pu prendre dans cette côte qui a été amputée du tiers de sa longueur.
Six pilotes devant moi dans la même seconde, autant dire que la moindre faute se paye cache !
résultats; 9eme et 12eme en catégorie OPEN sur 23 avec les Supermotards.
Mon fils Maël s’ est régalé en « éducatif », assis toute la journée sur sa moto, il n’ attendait que sa série …
« Non, je te dis que c’ est les sides-car, c’ est pas maintenant ! descends de cette moto bon sang ! ». Ca sent le virus tout ça !
Allez, place au photos et vivement Marchaux (25) les 8 et 9 juin.
PS : Oui, vendredi il y a eu un gros apéro ! les retrouvailles dirons-nous …
Hervé DERICHARD

Cr rallye de l’ain cerdon 2013

Alors un grand coup de chapeau ,non pas a Alain Amblard, mais à sa compagne Edith, qui remplaçait Olivier Amblard le singe titulaire blessé lors d’une sortie de route en Corse.Sans Expérience elle a mis en pratique les conseils de l’équipage pour faire ce rallye aquatique. Que d’eau que d’eau !Elle fut d’avantage émue de recevoir un bouquet de fleurs remis aux féminines de l’étape :
Un pour un petit bout de femme, mère de 2 enfants, pas plus haute que 3 pommes et qui a emmené son side R1 jusqu’au bout.Son singe de mari était exténué et aphone.
un autre pour la gentille Adeline en 500 cm3
et le 3eme pour la passagère du side : Edith.
Des photos sans oublier ,mais vous vous en doutiez que le side 230 est arrivé 1er !
 

Allo allo c’est Hervé qui parle…..

 

       Ffffff, ffffff, un deux, un deux, c’est bon René (*) !  Vas y parle dans le micro ! On t’entend.
Et bien bonjour tout le monde,
Bienvenue pour cette nouvelle saison du Championnat de France et de Suisse 2013 de la Montagne.
Nous vous présentons le pilote, Hervé DESRICHARD qui va courir dans une nouvelle catégorie (Open Montagne) avec sa nouvelle moto, une Honda 250 RS.
Suivi de près par sa descendance Maël DESRICHARD, 6 ans en catégorie « Éducative », avec une Yamaha PW’S 50.
Voici la première course qui arrive, Chanaz (73) le 19 et 20 mai.
Venez nombreux Mesdames Messieurs, le spectacle est garanti sous le grand chapiteau de la côte, sauf peut-être pour la météo .
Huit épreuves au calendrier dans des départements aussi variés que le Lot et Garonne, la Loire, le Doubs ou la Savoie dont deux en Suisse
Les 6 catégories habituelles : 125cc, Open Montagne, 600cc, 1300cc, Side-Cars et Quads  sont toujours présentes.

Avec 2 championnats nationaux et de nombreuses courses, voila un programme complet pour le plus grand bonheur des spectateurs.

Il faut également noter que la manche française de la Coupe d’Europe de la Montagne sera le théâtre de la grande finale de cette épreuve et se déroulera à Villiers sous Chalamont, en parallèle à la course de Championnat de France.

 

LE CALENDRIER 2013 DU CHAMPIONNAT

 

18-19/05 (73) – Chanaz – MC Chanaz

08-09/06 (25) – Marchaux – AM Doubs

29-30/06 (CH) – Châtel-St-Denis – Châtel-St-Denis MC

06-07/07 (CH) – Boécourt – La Caquelle Boécourt MR

20-21/07 (25) – Villiers sous Chalamont – Moissa Gaz

10-11/08 (47) – Hautefage La Tour – MC Villeuneuvois

17-18/08 (42) – Marlhes – Les Picarloux

07-08/09 (42) – Panissières – AMR Panissierois

 

Et un peu de réclame pour faire vivre ces passionnés du guidon, on remercie donc :

le magasin EDEN-MOTO un as de la clé de 12, Silkolene et Les Ailes Lubrirama pour que tout glisse en

douceur, Rectif’38 et GMP Classic pour la mécanique et les pièces, Moon City pour les beaux décalcomanies,

le moto-club Dauphinois et le grand complice de nombreux pilotes PIOT MOTO SHOP à Lausanne.

 

C’ est parti, faites chauffer les moteurs, première série au départ s’ il vous plait !

* PS : Merci à René Geret notre speaker favori (The Voice) sur les côtes pour la prise de micro virtuelle de ce texte.

Hervé DESRICHARD

1- Chanaz-20132- RS 2503- RS 250

4- Maël