Unesco

Tout sur les clubs Unesco |

Des citoyens engagés dans la construction d’un monde de justice, de solidarité et de paix

Les journées fédérales à l’UNESCO / Pour les jeunes des clubs

Repères

L’ensemble des activités concernant les membres jeunes des clubs

Infos de la fédération - Pour les jeunes des clubs | 20 septembre 2012

Le 3 octobre, à l’UNESCO
Pour la troisième année consécutive, la Fédération française des clubs UNESCO s’associera à l’UNESCO pour célébrer la Journée Mondiale des Enseignant-e-s
Nous pensons qu’il faut, cette année, que cette Journée des enseignant-e-s soit célébrée dans tous nos clubs UNESCO, qu’ils soient scolaires ou associatifs...

Yves Lopez, Président de la FFCU

Pour la troisième année consécutive, la Fédération française des clubs UNESCO s’associera à l’UNESCO pour célébrer la Journée Mondiale des Enseignant-e-s, fixée au 5 octobre.

Notre apport se déroulera en deux temps :
Le mercredi 3 octobre, nous nous réunirons à l’UNESCO pour souligner la contribution éducative inestimable qui est celle de nos animateurs et animatricesde clubs dans les collèges et les lycées. Nous ne cessons de dire combien nous tenons à notre statut d’association complémentaire de l’enseignement public, mais cette reconnaissance institutionnelle ne vaudrait rien sans l’engagement quotidien et désintéressé des enseignant-e-s qui, en sus de leurs obligations professionnelles, s’appliquent à prolonger et approfondir dans nos clubs l’éducation citoyenne des élèves. Alors, sans aucun doute, cette Journée Mondiale doit être mise à profit pour valoriser ce double engagement, engagement au cœur même de la dispensation des savoirs complété d’un surcroît d’éducation éthique et citoyenne.
Le jeudi 4 octobre, c’est à Rennes, en compagnie des éducateurs et éducatrices des lycées de Bretagne et des responsables de la formation au Conseil Régional de Bretagne, que nous célèbrerons, dans le cadre du partenariat éducatif conclu entre la Fédération et la Région de Bretagne, l’action des maîtres et professeur-e-s.

Mais ces deux temps forts nationaux ne sauraient suffire.
Nous pensons qu’il faut, cette année, que cette Journée des enseignant-e-s soit célébrée dans tous nos clubs UNESCO, qu’ils soient scolaires ou associatifs.
Dans les clubs scolaires, c’est aux élèves eux-mêmes, membres du club UNESCO, qu’il appartiendra de rechercher les meilleures modalités pour marquer à leurs professeur-e-s toute la gratitude que mérite leur action et leur engagement.
Dans les clubs associatifs qui dans la plupart des cas, comptent de nombreux enseignant-e-s parmi leurs membres actifs, on veillera à mettre en valeur l’importance de ce métier. Appeler les enseignant-e-s eux-mêmes à témoigner de leur action me semblerait une excellente modalité.

Le statut et la mission des enseignant-e-s se sont beaucoup banalisés au cours des cinquante dernières années et ce métier qui, autrefois, jouissait d’un grand respect social est devenu, trop facilement, l’objet de critiques injustes, toutes marquées par une méconnaissance totale des difficultés de sa réalisation et aveugles aux enjeux qui caractérisent l’acte éducatif.
Cette journée internationale portée par l’UNESCO doit être, pour nos clubs, l’occasion de redire toute l’importance que nous accordons à la transmission éducative et toute la gratitude que nous témoignons à celles et ceux qui en ont la charge.

Parmi toutes les questions qui peuvent être débattues à l’occasion de cette journée, relatives en particulier aux conditions d’exercice du métier d’enseignant, notamment dans des contextes d’oppression ou de totalitarisme, il me semble urgent de revenir sur le sens qu’il convient d’accorder au savoir et à son acquisition.

Nous n’avons été que trop peu attentifs, me semble-t-il à ce dangereux mouvement utilitariste qui, au sein de notre école, ici en France comme ailleurs, a réduit l’acquisition des savoirs à la pauvre mesure de l’usage professionnel et social qui pouvait en être fait. Cela est grave, car s’il est légitime de s’interroger sur l’efficacité des savoirs, particulièrement les savoirs scientifiques et technologiques, en réponse aux besoins matériels des hommes et des femmes, cela n’aurait jamais dû conduire à minorer, voire ignorer, ce qui dans le savoir doit rester premier : la compréhension de l’Homme par lui-même, tant dans son rapport aux autres qu’au monde en sa globalité.
Ce qui est en jeu dans le savoir, c’est le connaître et ce qui radicalement en jeu dans le connaître, c’est l’émancipation, c’est l’accès à une vision critique et éclairée sans laquelle la liberté humaine est impossible.

Je crois vraiment fondamental que cette question soit replacée au cœur de la réflexion collective dont nos clubs UNESCO sont le cadre favorable et naturel.
Le rôle des enseignant-e-s, dispensateurs de savoir et en conséquence agents d’émancipation, est éminent et l’occasion de cette Journée Mondiale qui leur est dédiée mérite d’être saisie. Je voulais vous y encourager.

Paris le 20 septembre 2012

Yves LOPEZ
Président de la FFCU

Education ; manifestation ;

2 Messages

  • Bonjour Yves et tous les membres des clubs UNESCO,

    Je profite de ton message si juste et qui me touche beaucoup pour souhaiter à tous une bonne rentrée.
    Nous préparons avec joie et motivation nos projets autour des "Chemins de la Citoyenneté" et la rencontre à Paris pour l’anniversaire de la Déclaration de Droits de l’Homme.

    Bonne semaine à toutes et à tous,

    Sylvia Itrisso, animatrice du club UNESCO Lycée Rascol / Albi

    • un enfant provocateur ... mais à vingt-deux ans, elle était une femme n’est pas du tout trop jeune pour son 37. Et maintenant elle était là là-bas baise dans sa sexe décapotable avec cette putain de Sutherland Cole qui avait déjà un ranch et une femme ... sntlq23sp

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0